Compagnies aériennes : comment se présente l’horizon 2016 ?

2016-02-15-1455573354-4241784-airlinelowcostpricing

L’industrie de l’aviation a semé la confusion chez les investisseurs en 2015 avec les prix des actions alors que les profits sont à leur plus haut niveau.

Pour l’année 2016, l’optimisme est de mise. Les analystes estiment que les profits vont continuer à augmenter, donc les prix des actions doivent suivre. Le secteur devrait dégager plus de 36 milliards de dollars de profits, soit un record historique selon l’IATA (Association du transport aérien international). Après 7 ans de vaches maigres, Air France KLM revient dans le vert en 2015. Et elle n’est pas la seule. IATA estime que les bénéfices des compagnies aériennes devaient attendre 33 milliards de dollars en 2015, soit le double du résultat 2014.

Ce reversement de la courbe tient à des conditions plutôt favorables du marché. Malgré les aléas géopolitiques et conjoncturels, le secteur du transport aérien ne cesse de se développer. Cette année 2016, malgré les menaces terroristes, on estime que le nombre de passagers va atteindre les 3.8 milliards, soit 7 % de plus que l’année dernière. Grâce à la mondialisation, les compagnies aériennes ont connu une croissance phénoménale (70 %). Les taux de remplissage ne descendent plus de 80 %, ce qui contribue au retour de fortune des transporteurs. Dans ce secteur très capitalistique, les faibles taux d’intérêt constituent une vraie aubaine. À cela s’ajoute la chute vertigineuse du prix de pétrole brut (moins 70 % en 18 mois). Du coup, les dépenses des compagnies aériennes ont fondu.

Cependant, de nombreux acteurs du transport aérien estiment que l’équilibre reste précaire. Ils doivent en effet faire face à des facteurs qui ne dépendent pas forcément d’eux, comme la crise économique ou la possible hausse du prix de pétrole. De plus, il y a aussi la concurrence qui met les compagnies aériennes historiques à un double challenge. D’abord, elles doivent riposter aux low-costs et défendre leurs positions sur le marché du long-courrier.